Naruto-Shinobi
Bienvenue sur le forum Naruto-Shinobi.

Si tu es déjà inscrit, félicitation ^^

Si tu n'est pas encore inscrit, ce forum est un forum de rp qui commence au début de la saison shippuden, tu peux prendre un personnage du manga (actuellement il en reste plein ^^) ou alors en inventer un. Le staff est actif et accueillant, et nous recherchons encore des personnes actives, pour participer au RPG et faire de ce forum un grand forum RPG.

Voici quelques informations qui pourraient t'être utiles afin d'en apprendre plus sur le forum :

- L'histoire du forum : Ici

- Les personnages du manga disponibles : Ici

Si tu souhaites rejoindre le forum après avoir vu ça, inscris-toi, et nous t'accueillerons comme il se doit ^^


Naruto-Shinobi

Forum de Naruto commençant au début de Shippuden, où l'Akatsuki fait son apparition, changerez-vous l'histoire ?
 
AccueilAccueil  Les newsLes news  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une fin, un début [pv Ayoma]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tsuki Yamaneko
Akuma no Houheï | Alias Haru' | Modératrice
Akuma no Houheï | Alias Haru' | Modératrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 69
Localisation : Entrain de se dorer la pilule
Date d'inscription : 28/12/2010

Fiche de shinobi
Niveau: 9
Expérience:
56/900  (56/900)
Affinités: armes à feu

MessageSujet: Une fin, un début [pv Ayoma]   Lun 10 Jan - 17:41

(HRP : Ce rp se situe juste après la fin de mon histoire, j’étais donc déjà dans la ville à la base c’est pour cela que je ne post pas aux portes de Umi)

C’était une nuit sans lune, il faisait sombre. Seul les lumières de la ville éclairaient cette obscurité. Je courrais à travers les rues d’Umigakure pour échapper à mes poursuivants. Cela ne faisait bien une demi-douzaine de minute que j’avais quitté la résidence de Seijiro et ces types étaient toujours à mes trousses, probablement des ninjas, des gardes normaux n’auraient pas pu me suivre. Je continuais de courir de toit en toit, j’avais environ une quinzaine de mètres d’avance sur eux. Si j’arrivais à me dérober ne serais-ce qu’une seconde à leurs yeux, avec cette obscurité ils n’arriveraient pas à me retrouver. Cette occasion arrivait bien plus vite que je ne croyais. A quelques mettre devant moi un espace d’envions un mètre cinquante entre deux maisons, il devait probablement y avoir une ruelle. Je sautai dans l’interstice pour retomber une dizaine de mètre plus bas. Je bondi à travers la ruelle changeant de direction à plusieurs intersections. Je m’arrêtais quelques secondes pour voir où en étaient ceux qui me traquaient. D’après ce que j’entendais, ils s’étaient séparés, plus nombreux et essayaient toujours de me retrouver. Je continuais donc ma course pour ensuite arriver devant une palissade. Je passais par-dessus pour me retrouver dans un terrain d’entrainement. Ce dernier était une large forêt, je m’y enfonçais pour me camoufler aux yeux de mes poursuivants. Je les avais enfin semé, ce n’était pas trop tôt d’ailleurs car si cette course-poursuite s’était attardée j’aurai fini par ameuter la moitié des ninjas de la ville et cela se serait mal terminé pour moi.

J’avançais toujours dans le bois pour finalement me retrouver à un point d’eau. Je m’en approchais pour nettoyer mes mains et mon visage couvert de sang. Pas le miens bien sur mais celui du traitre. Je frissonnant au contact de l’eau glacée. Je restais alerte car dans une aire d’exercice un ennemi pouvait apparaitre à tout moment. Je sentais bien une présence mais je n’arrivais pas à la localiser précisément pour l’instant, mais vu qu’elle ne m’attaquait pas je supposais qu’elle ne faisait pas partis des guerriers à mes trousses.

En tout cas je m’étais enfin occupé de cet enfoiré de Seijiro. Sur le moment je m’étais sentie libérée mais là étrangement je me sentais vide… Je soupirais, il était impossible que j’ai des regrets à son égard alors pourquoi n’étais-je pas plus contente que cela ? Probablement parce qu’au final je me fichais bien de ce type. Je me demande même si je me serais rappelée de ce ù* $£¨ !! Si je n’étais tombée sur les ninjas qui m’avaient poursuivi il y a longtemps par hasard, je ne les avais même pas cherchés! J’avais accomplis cette « mission personnelle » comme je l’aurais fait pour une autre. Mais cette fois ce fut bien ennuyeux, pas de tension pour savoir si j’allais me faire attraper où non, ni le plaisir de se jouer des gardes, pas de suspense pour savoir si sa victime allait s’échapper ou non, ni même l’incertitude lorsque l’on approche la mort de trop près. Il n’y avait rien eu ou presque. La seule chose que j’en tirais était la satisfaction d’un travail fini et encore. Tout avait été simple. Trop simple. Les gardes ne s’étaient rendu compte de rien, ma cible ne s’était pas défendu, je n’ai pas eu une seule égratignure et je n’ai pas eu de mal à entrer dans la maison ou trouver des renseignements. J’avais été bien plus excitée et divertie lors d’autres assassina. Je soupirais une fois de plus. Comment avais-je pu perdre il y a douze ans contre ces pauvres types ??!! Et maintenant que je m’en étais débarrasser qu’allais-je faire ? C’est vrai que je n’avais vraisemblablement pas de but ou de rêve dans la vie. D’ailleurs je n’en avais jamais vraiment eu… Depuis le début de ne faisait que survivre… Je souris à ma stupidité. Avais-je réellement besoin d’une raison pour vivre ? Non… je suis là, point et je comptais bien en profiter. Je continuerais d’être et d’exister en jouissant de petits plaisir (cf règle 13) et en emmerdant le monde comme il m’a emmerdé.

Je me tirais enfin de mes pensées et me reconnecta à l’instant présent. J’étais toujours accroupie devant le plan d’eau. Mes cheveux me collaient au visage. Je grelottais à cause de mes vêtements maintenant humides. Je sortie de ma sacoche un long manteau rouge, comme la couleur de la quasi-totalité de mes habits. Je l’enfilais pour éviter de mourir de froid.
Je fermais les yeux et sentie de nouveau la présence de l’individu qui m’avais suivis. Mais cette fois il était proche… beaucoup trop proche. Je n’eu pas beaucoup de mal à le localiser vu à la distance où il était. Qu’elle sotte je faisais ! J’étais tellement perdu dans mes pensées que je ne l’avais même pas entendu approcher. Visiblement il n’avait pas l’air de vouloir se manifester et vu que je ne suis pas très patiente pour ces chose la je décidais de le faire sortir de sa cachette. Je me retournais vivement et lança un kunai dans la direction où il se trouvait :

« Oï sort de là ! »

Lui hurlais-je de la où je me trouvais. Je sortis un autre projectile et me mise en garde en cas de réplique ou d’attaque surprise.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayoma Creatayo
Akuma no Kikaï
Akuma no Kikaï
avatar

Masculin Nombre de messages : 132
Localisation : Là où je suis mes foudre t'atteindront!
Date d'inscription : 22/08/2010

Fiche de shinobi
Niveau: 6
Expérience:
0/700  (0/700)
Affinités:

MessageSujet: Re: Une fin, un début [pv Ayoma]   Mar 11 Jan - 19:46

Cela faisait plus de 6 mois que j'espoinnais cette mercenaire, la grâce et la finesse d'un chat tout en gardant la fureur sanguinaire du tigre, une antithèse a elle toute seul, et pourtant un charme... Ah la la... Depuis que Fumi était morte je n'avait pas trouvée de fille qui avait autant accroché mon regard... Bref sous les ordres de l'ombre de l'obscurité j'étais partie à se recherche et j'avais pour but dela rammener dans nos rang une fois que j'aurais estimer que le moment était venu... Je me demandais bien ce que le Yamikage voudrait faire de cette jeune femme qui avait une beauté aussi grande que sa liberté. Donc en sommes je ne pense pas qu'elle accepte les ordres d'un supérieur, bien que ceci pouvait être possible après tout je savais convaincre, et cette jeune femmes me plaisait bien je ferais donc en sorte de trouver le maximum d'argument pour la convaincre de me... de nous rejoindre.
Ceci dit elle venait d'accomplir l'assassinat d'un homme, un des grands negociateur de la ville, son ancien nom était d'ailleurs Seijiro, mais je n'avais vu aucun contrat à son nom car il était un des hommes les plus apprécié du pays malgré ses actes frauduleux, la perte d'un tel hommes n'était donc pas énorme mais quand même... On aurait pu lui soudoyer de l'argent contre sa vie...
Bref' les équipes de shinobi ne se fit pas attendre et apeine elle avait atteinte les portes d'un parc qu'il était déjà a 250 mètre d'elle, elle rentra alors dans ce dernier et je la suivait toujours, c'est alors que je pris tranquilement le plaisir de me débarrasser d'eux comme il se devait et aussi pour être plus tranquil, je vouslais ne pas me faire interrompre lorsque je parlerais avec les sujets importants. Elle s'arrèta alors a un point d'eau, je m'arreta aussi a une distance de 100m d'elle, la clairère était à 250m des limites du parc, mais comme j'avais massacrer tout les pousuivant elle ne risquait rien, c'est ainsi qu'elle se plongea dans ses pensée, je pris donc l'initiative de m'avancer pour arriver aux limites de l'entrée de la clairère et voir si elle me desbusquerait, j'en profiter pour admirer ce qui se passait. La réaction ne se fit que trompe attendre, elle lança un kounaï en ma direction que je n'eut la peine de faire tomber a mes pied en frappant un petit coups avec mon bâton et me declant de quelques centimètre sur la droite. En même temps que je ricana contre se lancer elle se met a hurler ses mots :


Tsuki : « Oï sort de là ! »

Je continua de rigoler tout en tapant du sol avec mon bâton, un bruit métalliaque se fit entendre du sol puis des bloque de roche mécanique jaillssère du sol un par un pour totalement couvrir la clairrière, j'éleva tranquilement la voix tout en gardant ma cape sur le dos et ma capuche rabatu sur le visage afin qu'elle ne le voit pas :

Ayoma : Désolé si je nous verouille l'endroit mais j'aimerais ne pas être dérangé par des interventions inoportune... soupirais-je. Donc veuillez ne pas paniquez je ne vous veux aucun mal.

Rapidement je pris un peu appuie pour passez devant cet assassin et l'avoir en face de moi, bien qu'on ne voyais pas mon visage je continuais de la regarder dans les yeux tout en examina ses moindres geste au cas où elle souhaites agir contre la logique qui devait arriver.
Tout en coups je souris sous ma capuche et ajouta ceci :

Mais que je suis malpoli, je ne me suis même pas présenté a vous Maître Yamaneko! Je suis Ayoma Creatayo, Le Démon des Machines du Pays du Fer. Pas besoin de vous présentez ma chère je vous connais, vous êtes Tsuki Yamaneko, dit "Le Chat Sauvage" comme votre nom l'indique. Vous êtes très connnu dans le monde du mercenariat et vous êtes d'ailleurs un des ses mercenaires que les auteur de contrats s'arrache...

Je fis une pause et continua a examiner son magnifique corps puis je repris la paroletout en replaçant mon bâton dans mon dos.

Cependant vous devez-vous doutez que je ne suis pas la pour vous proposez un contrat. Mais avant de venir au principal sujet j'ai une question a vous poser...

Je garda ma capuche rabatut sur ma tête car je ne pouvais me permettre de dévoiler mon identité a quelqu'un qui pourrais me trahir à tout moment. Puis je leva les yeux au ciel pour admirer la belle nuit à laquelle j'assistais... Une nuit sans étoile... Une nuit qui annonçait la fin d'un chose... Mais la naissance du 5ème art du fer, L'art de l'artillerie!
Je descendit mon regard sur ses yeux puis dit en souriant :

Seriez-vous prête... A... Tout... Abandonner?

_________________

Invité... You be going to undergo the lightnings of the Mechanics!!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsuki Yamaneko
Akuma no Houheï | Alias Haru' | Modératrice
Akuma no Houheï | Alias Haru' | Modératrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 69
Localisation : Entrain de se dorer la pilule
Date d'inscription : 28/12/2010

Fiche de shinobi
Niveau: 9
Expérience:
56/900  (56/900)
Affinités: armes à feu

MessageSujet: Re: Une fin, un début [pv Ayoma]   Mer 12 Jan - 13:32

Après avoir sommé l’intrus de sortir de sa cachette, ce dernier apparut de derrière un buisson tout en ricanant. Déjà un mauvais point pour lui, j’ai horreur que l’on se moque de moi. Visiblement il avait pu dévier mon projectile sans grande difficulté. En même temps qui ne pourrait pas arrêter un kunai arrivant de face ? La personne s’avança de quelques pas vers moi. D’après sa carrure c’était un homme plutôt bien bâtît mais je ne pouvais pas distinguer beaucoup plus à cause de sa capuche. Ce gars riait encore, rien de plus horripilant que de voir quelqu’un rire sans en connaître la raison. Je fronçais encore plus les sourcils et me raidie. Le type frappa le sol avec le bâton qui lui avait servi à esquiver mon arme. Un bruit sourd et se propageant se fit entendre. Tout autour de nous des roches métalliques sortirent du sol pour recouvrir la clairière. Je serrais les dents et observais d’un léger coup d’œil les alentours à la recherche d’une faille ou d’un espace étroit où je pourrais me faufiler en cas de problème. Mais non. Rien de tout cela, c’était une cage parfaite. Il m’était impossible de sortir rapidement. Je pouvais bien escalader ce mur si jamais ça dégénérait mais cela mettrais trop de temps. Je reportais mon attention sur cette mystérieuse personne. J’hésitais à lui sauter dessus pour l’étriper mais je n’étais pas sûre que ce soit la bonne marche à suivre. Et puis mieux valait ne pas le sous-estimer (règle n°5) Je décidais donc d’attendre un peu pour connaître les raisons qui motivaient cet homme tout en gardant en tête la règle numéro 7 (qui consiste justement à se méfier des personnes de sexe masculin). Le type ouvra la bouche pour prendre la parole :

???? : « Désolé si je nous verrouille l'endroit mais j'aimerais ne pas être dérangé par des interventions inopportunes... soupira t-il. Donc veuillez ne pas paniquez je ne vous veux aucun mal ».

C’est cela, tu m’enferme et tu veux juste discuter prend moi pour une imbécile. Mais paradoxalement il ne faisait rien pour m’attaquer personnellement donc peut-être racontait-il la vérité ? Enfin bon mieux valait rester prudente dans ce genre de situation délicate. L’encapuchonné restait également sur ses gardes. Il n’était probablement pas sûr que je ne lui saute pas dessus. C’est assurément cela qu’il entendait par « paniquer ». Tsss comme si j’allais m’affoler pour si peu, c’est mal me connaitre. Cet homme s’avança encore dans ma direction pour finalement se retrouver à quelques mètres en face de moi. Pour ma part je ne bougeais pas mais continuais d’analyser, observer ses mouvements. Au moindre comportement suspect je me débrouillerais pour faire rouler sa tête sur le sol. Le type pris de nouveau la parole :

???? : « Mais que je suis malpoli, je ne me suis même pas présenté a vous Maître Yamaneko! Je suis Ayoma Creatayo, Le Démon des Machines du Pays du Fer. Pas besoin de vous présentez ma chère je vous connais, vous êtes Tsuki Yamaneko, dit "Le Chat Sauvage" comme votre nom l'indique. Vous êtes très connue dans le monde du mercenariat et vous êtes d'ailleurs un des ces mercenaires que les auteurs de contrats s'arrachent... »

Je fronçais encore plus les sourcils si cela était possible. Visiblement ce type s’était renseigné sur moi peut-être étais-ce pour un contrat ? Il y a parfois quelques employeurs un peu toqué qui font ce genres de mise en scène où qui testent ceux qu’ils engagent. Mais en général ces derniers ne sont pas des ninjas et ne se présentent pas gentiment. Et ce nom… Creatayo… Cela me disais bien quelque chose mais pas moyen de remettre la main dessus. Le pays du fer… Un endroit bien mystérieux… en général j’évitais d’y aller. Ce n’était pas un endroit accueillant et je n’avais pas d’habitué qui me donnait de contrats à Tetsu. En gros à part son nom et son origine je ne connaissais pas grand-chose sur lui et encore ces informations étaient peut-être erronées. Je soupirais, ce Ayoma rangea son bâton et ajouta :

Ayoma Creatayo : « Cependant vous devez-vous doutez que je ne suis pas là pour vous proposez un contrat. Mais avant de venir au principal sujet j'ai une question à vous poser... »


Mes soupçons se confirmèrent, ce n’était pas pour me proposer un boulot qu’il était là. Mais pour quels autres raisons souhaitait-il me parler ? Ce type adorait faire durer le suspense… Raaa je déteste attendre. Je préfère quand on en vient directement au fait ! Enfin bref. Le type tourna légèrement sa tête pour regarder le ciel puis il continua :

Ayoma Creatayo : «Seriez-vous prête... A... Tout... Abandonner? »

Sa question me désarçonna. Je m’attendais à bien des interrogations d’ordre personnel ou professionnel mais pas à celle là. D’ailleurs cet étonnement avait due se marquer sur mon visage car je n’avais rien fait pour le cacher. La surprise avait été trop soudaine. Apparemment ce jeune homme ne s’était pas aussi bien informé que je le croyais (Oui je peux dire qu’il a à peut près mon âge grâce à son timbre de voix). Sinon il aurait sus que cette question était inutile. Je me mise à rigoler. Il avait demandé une chose aussi stupide d’un air tellement sérieux. C’est vrai que pourrais-je céder ? La vieille qui m’a élevée est morte. Les personnes avec qui je vivais aussi. Je n’ai pas de maison ni de pays d’attache. La seule chose que je pourrais délaisser c’est ma bourse et en ce moment elle était incroyablement vide. Contrairement à cet homme je ne rends de compte à rien ni personne je peux donc aller et venir comme bon me semble. Une fois mon fou rire terminé je me concentrais pour lui donne une réponse audible et non baragouinée entre deux rires :

« Yare yare, Si vous vous êtes correctement renseigné sur moi jeune homme vous devriez savoir que vôtre question est dénué de sens. Je n’ai rien à abandonner, je n’ai aucune attache. » Je marquais une pose puis repris : « Mais je suppose, vu comment votre demande est formulée, que vous vouliez me proposer de changer de vie ? » J’observais sa réponse puis continua : « Il est possible que je réponde positivement mais pour cela il faut que vôtre proposition remplisse trois critères.».

Je scrutais l’homme à nouveau en quête de réaction. S’il s’était correctement renseigné il devait d’or et déjà connaitre mes critères de sélection qui sont conforme à mon statut de mercenaire. Je levais mon index tout en souriant :

« Premièrement, ce que vous me proposez doit être bien payé », Je montrais un second doigt : « Deuxièmement, que ce soit suffisamment intéressant et amusant pour que j’y reste ». Je levais un troisième et dernier doigt : « Troisièmement, je dois conserver un minimum de liberté et il est hors de question que je finisse sous-fifre. Si votre offre prend ces trois conditions en compte il est fort probable que j’accepte. Sinon il est inutile que vous perdiez plus de temps.».

Je rebaissais mon bras et attendis de voir quel genre de proposition cet homme allait me faire. Après tout, ça m’étonnerais qu’il soit du genre à repartir sans avoir eu ce qu’il veut. De plus son supérieur n’apprécierait pas qu’il revienne les mains vides. Après tout, si c’est un ninja du pays du fer, il doit être ici sur ordre de son Kage. Je me demandais bien qu’est-ce qu’il voulait me dire. Et au pire si sa proposition ne me plaisait pas et qu’il me forçait la main cette situation pourrait devenir divertissante. Cela compenserais l’ennui de ma mission précédente.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayoma Creatayo
Akuma no Kikaï
Akuma no Kikaï
avatar

Masculin Nombre de messages : 132
Localisation : Là où je suis mes foudre t'atteindront!
Date d'inscription : 22/08/2010

Fiche de shinobi
Niveau: 6
Expérience:
0/700  (0/700)
Affinités:

MessageSujet: Re: Une fin, un début [pv Ayoma]   Mer 12 Jan - 19:50

Encore plus belle de près que de loin et le charme s'accentue encore plus quand on s'en approche et qu'on etame les discussion mais bon... Qu'est-ce qu'elle est dur en affaire!!! A peine ma question était posé qu'elle fut surprit d'étonnement ce qu'elle ne cacha pas pour autant, j'avoue que cette question était assez bizzare mais elle n'avait pas désceller sont véritable sens, certes elle n'avait aucune attache physique, mais ca petit vie tranquille, ses rémunération relativement imposante et cette vie mouvementé et pleine de doute, elle y tenait d'aprè les propos qu'elle portait. M'enfin elle s'attendait encore à ce que je "l'engage comme mercenaire", pourtant l'as n'était pas mon objectif, l'ombre de l'illégalité voulait la faire démon des artilleries... Elle ne s'était jamais servis d'une armes à feux, et le yamikage m'avait demander de lui faire les armes de poing les plus performante que je puisse faire... En temps que forgeron de l'houheï je me devait d'obéir mais quand même... Des bijou comme le 454 Casull, 9mm au canon de 30 cm, précision et puissance optimal, et le Jackall modifier, 9mm au canon de 40cm avec un puissance macimal et une précision optimal... Tous réactif au sceaux inférieur et supérieur... D'ailleurs je me devais de lui apposer le sceaux s'il s'averait qu'elle accepterait... Laisser de tel armes a une débutante me paraissait idiote mais bon je me devais d'obéir et puis si elle s'averait sans aucun talent, je lui apprendrait car cette petite me plaisais bien, magnifique et intellegente, tout ce qui me plaisait!
Bref' je l'ecouta poser ses condition puis soupira, je nous voulais pas qu'elle soit mercenaire!!! Apprès ce soupir j'eut un petit rire puis tapa encore une fois avec mon paton sur le sol, c'est allors que le Jackall et les 454 Casull apparurent respectivement a ma gauche et a ma droite. Puis continuant a ricaner je lui répondit :

Ayoma : Je ne veux pas faire de vous une mercenaire... Je veux... Enfin il veut que vous soyez l'Akuma No Houheï, Démon des Artilleur, Chef de la Division Houheï, l'un des cinq démons qui forme le conseil de Tetsu et qui aide l'ombre de l'illégalité à regir le pays.

Je soupira alors avec les argument futile que j'allais annoncer ensuite :

Biensur vous aurez un logement dans la capital de votre District, tout les services du pays gratuits, et un certain pouvoir, cependant, les rémunérations...

A la vitesse de l'eclair je passa dans son dos tout en m'adossant à ce dernier et avec toujours les deux armes qui flottais a coté de moi :

Je ne peux m'avancer la-dessus, pour l'atrait du metier non-plus, mais par contre votre indépendance seras assez satisfaites car vous ne devez de compte qu'as notre ombre....

Je pris alors les deux pistolet dans mes main puis les fit tourner dans mes mains pour les tendre derière moi mains sur le canon, ses oeuvre d'art allait enfin appartenir a cette débutante... Heureusement que leur pouvoir ne serait dévellopper qu'à moitié sans moi...

Ceci fait aussi partit de vos avantage ma belle, soupirais-je...

D'aileurs je n'avais pas remarqué que j'avais dis ma belle, comme quoi je commençais a atteindre le sujet qui m'interessait le plus, j'eut un petit rire avant de continuer tout en restant addosser a cette jeune femme :

Cependant sachez que sans moi, vous n'exploiteré ses armes qu'à 25% je connais des choses et je peux vous donner des choses que seul moi est la capacité de le faire dans tout le monde shinobi.

Je continuas de garder baissé ma capuche puis lentement tourna ma tête pour admirer le 454 Casull... Cette belle arme en argent pouvait tirer bien des balles, et faire bien des choses mais seul moi en connaissait les secrets, mais pour cela la jeune femme devrait répondre a une condition, je souris d'ailleurs en pensant à cela : ce que je veux... Elle!

_________________

Invité... You be going to undergo the lightnings of the Mechanics!!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsuki Yamaneko
Akuma no Houheï | Alias Haru' | Modératrice
Akuma no Houheï | Alias Haru' | Modératrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 69
Localisation : Entrain de se dorer la pilule
Date d'inscription : 28/12/2010

Fiche de shinobi
Niveau: 9
Expérience:
56/900  (56/900)
Affinités: armes à feu

MessageSujet: Re: Une fin, un début [pv Ayoma]   Ven 14 Jan - 15:56

Il faisait toujours aussi noir. On aurait dis que le temps s’était arrêté. Cette nuit ne défilait pas. J’avais une impression étrange comme si quelque chose d’important allait se produire ce soir. Je souris à cette idée, j’adorais le changement, le mystère, l’aventure et cet homme sentait tout cela à la fois. C’était excitant et amusant à la fois. Finalement j’ai peut-être bien fait de venir à Umi ce soir. J’attendais la réponse d’Ayoma. A la fin de mon monologue ce dernier s’était plongé dans ses pensés. Probablement pour réfléchir à mes conditions. Je me demande s’il allait les accepter sans faire d’histoire, les rejeter et repartir ou les rejeter et essayer de me capturer ou encore tout simplement tenter de négocier. Quelques secondes plus tard le jeune homme soupira. Je ne voyais pas son visage mais j’avais l’impression qu’il était déçu. Ce dernier, juste après avoir souffler, se mit à ricaner. Il changeait d’humeur bien rapidement celui-là. Il frappa une fois de plus avec son bâton sur le sol. Vu l’effet que cela avait fait la première fois j’étais sûr qu’il allait m’attaquer… mais en fait non. Deux armes étranges apparurent dans ses mains. Je ne les avaient jamais vus auparavant. Et pourtant dans ce domaine je m’y connais ! Aucun engin de destruction ne m’ai inconnu. Pourtant celui là me posait une colle. Peut-être que Tetsu était plus avancé technologiquement que les autres pays. Rien que pour cela ça valait la peine que j’y fasse un tour. Je regardais ces armes avec envie. J’ignorais encore comment elles fonctionnaient mais cela n’allait pas tarder je pense. Ayoma pris la parole :

Ayoma : Je ne veux pas faire de vous une mercenaire... Je veux... Enfin il veut que vous soyez l'Akuma No Houheï, Démon des Artilleur, Chef de la Division Houheï, l'un des cinq démons qui forme le conseil de Tetsu et qui aide l'ombre de l'illégalité à régir le pays. Bien sur vous aurez un logement dans la capitale de votre District, tous les services du pays gratuits, et un certain pouvoir, cependant, les rémunérations...

Le jeune homme disparu une fraction de seconde, j’arrivais tout de même à le suivre des yeux. Il finit derrière moi en s’adossant contre mon dos. Je le laissais faire. Après tout cela me permettais d’examiner ces choses de plus près. Etrangement elles flottaient dans les airs près de lui. Je ne m’en formalisais pas mais cela m’intriguait tout de même quelque peu. Je restais sur mes gardes, mes mésaventures m’avaient servis de leçon et je ne referais pas confiance de si tôt Vu la distance entre lui et moi, mieux valait être réactive en cas de problème. Visiblement ce que Creatayo me proposait avais l’air intéressant quoi que… y aurait-il un problème au niveau de la rémunération ? C’est vrai que les bons mercenaires gagnent pas mal car nous fixons nos prix et je dois avouer que le premier venu est loin de pouvoir se payer mes services. Apparemment la paye était discutable mais le fait d’être « Akuma » donnait accès à de nombreux avantages. Je ne sais pas encore que vaut ce titre et à quoi il engage mais ça a l’air important. L’encapuchonné continua sa réponse :

Ayoma : Je ne peux m'avancer là-dessus, pour l'attrait du métier non-plu, mais par contre votre indépendance sera assez satisfaite car vous ne devez de compte qu'as notre ombre…

Oh ? Un seul supérieur et c’est le Kage ? Intéressant… Par contre pour l’intérêt du métier il reste évasif… pourtant, si les Akuma sont deuxième dans la hiérarchie ils devraient avoir les missions les plus périlleuse et donc les plus amusantes. Enfin bref je verrais bien. Tout cela commençait vraiment à me plaire. Le jeune homme, toujours contre mon dos attrapa les armes qu’il avait fait apparaitre quelques secondes plus tôt puis me les tendis en me disant d’un air déçu :

Ayoma : Ceci fait aussi partit de vos avantages ma belle.

Mes yeux s’enflammèrent. Je l’avais dit que ces truc étaient pour moi. Je ne fis pas attention à comment il m’avait appelée. J’étais beaucoup trop concentrée sur ces petits bijoux qui allaient m’appartenir dans un futur extrêmement proche. Je saisis les pistolets, les maniant, observant, jaugeant, les faisant tournoyer. Je souris, vraiment intéressant. J’avais hâte de voir de quoi ces armes étaient capables. L’une d’entre-elles était noire, plus longue que l’autre et plus lourde aussi. Elle devait donc avoir une plus grande puissance comparé à la grise qui était plus petite d’environ une dizaine de centimètres. Ils étaient tout les deux flambant neuf. Ayoma ajoutât :

Ayoma : Cependant sachez que sans moi, vous n'exploiterez ces armes qu'à 25% je connais des choses et je peux vous donner des choses que seul moi est la capacité de le faire dans tout le monde shinobi.

J’en conclue qu’il avait due forger ces armes et qu’il devait en connaitre les secrets mais cela ne devait guère lui plaire de les laisser dans les mains d’une « débutante ». Il est vrai que je n’avais jamais manié cela mais ces objets m’étaient déjà familiers. Comme si ils avaient toujours été en ma possession. Je souris à nouveau. J’allais lui montrer qu’il n’avait pas laissé ces armes entre les mains de n’importe qui :

« Ce sont de magnifiques bijoux que tu as là et les donner à une novice doit te couter mais… »

Je tirais dans la direction du jeune homme, avec le pistolet noir tenu dans ma main gauche, le projectile passa à quelques millimètres de son visage. La balle s’enfonça dans la forêt et percuta un tronc d’arbre où des oiseaux pensaient dormir paisiblement. Ces derniers, pris de panique s’envolèrent. Je leur laissais le temps de s’éloigner un peu puis tirais une seconde fois pour envoyer l’un de ces volatiles dans l’autre monde. Je repris ensuite ma phrase:

« … Sache que j’apprends vite et que je me débrouille plutôt bien une arme à la main. »


J’eu un petit air sadique en prononçant cette phrase. Je baissais mes pistolets (ben oui maintenant c’est les miens et puis c’est tout !) et me décida enfin à donner une réponse à la proposition d’Ayoma. Yare yare, ce n’est pas que Umi allait me manquer mais ça allait me faire bizarre tout ça. C’est vrai que de passer d’une vie de solitude, vivant au jour le jour, sans responsabilité et libre comme l’air à l’exact opposé allait être un choc mais bon. Ca m’avait tout l’air d’en valoir la peine et puis comme ça je pourrais continuer d’emmerder Umigakure mais à plus grande échelle :

« Pour ce qui est de ta proposition… je l’accepte... »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayoma Creatayo
Akuma no Kikaï
Akuma no Kikaï
avatar

Masculin Nombre de messages : 132
Localisation : Là où je suis mes foudre t'atteindront!
Date d'inscription : 22/08/2010

Fiche de shinobi
Niveau: 6
Expérience:
0/700  (0/700)
Affinités:

MessageSujet: Re: Une fin, un début [pv Ayoma]   Mer 19 Jan - 19:30

Je la regardait avec un sourire en coin admirer mes deux bijou, enfin plutôt "ses" maintenant que je les lui avait donner... Ralalalala j'espère qu'elle resitera au 7 sceaux des armes car peux de gens son capable de les recevoir les sept, mais bon d'après le Yamikage elle en as la capacité ce que j'espère car il serais bête de la perdre après que j'ai forger deux armes exprès pour elle, je ne peux rien en faire moi... Bon n'esperons pas le pire car plus j'y croirais plus sa arriveras et plus je serais dans la merde ce qui ne doit pas arriver... Ceci dit je restait adosser au confortable dos de cette belle jeune femme pendant environ 5 seconde après sa réponse en réfléchissant à ces propos et ses geste, apparement elle avait comme déjà uttiliser ces armes à en juger sa manière de les manier et sa précision dans les tirs -Une balle m'as très gentillement éfleuré manquant de coupé ma belle et magnifique cape- mais ce n'est pas ce qu'elle affirmait... Je continuait donc a me demander comment j'allais très sympathiquement faire passer mon très romantique... Bon okay je l'avoue c'est paux passer pour vicieux mais elle est dur en affaire alors comme on dit, faut toujours une carotte pour rendre le labeurre un poil interessant et c'est ce que je fais...
Donc je réfléchissait à comment faire passer ce doux marché lorsque je me dis qu'après tout autant y aller direct plutôt que de tourner autour du pot et ne pas se faire comprendre. C'est ainsi que tranquilement je me retourna et enfin dévoila mon visage en rabaissant ma capuche, maintenant qu'elle avait accepté le dis rôle je pouvais dévoiler mon identité, peut-être m'avait-elle déjà vu mais je n'en était pas sure. Ser ce tranquillement je lui chuchota a l'oreil les mots suivant :

Ayoma : Par contre ce qui est de la mîtrise des vos armes, cela n'incombes que moi car notre ombre ne m'as aucunement mentionnés mon obligation de vous fournir les 7 pouvoirs de l'Houheï, dis-je en souriant. Surtout que peux de gens reussissent à supporter autant de chakra et d'énergie dans leur corps!

Je me rapella alors des multiple expérience consentante et les victimes qui eut le malheurs se d'entrée en combustion instantannée, sois d'imploser en uttilisant un sceux, sois carrément d'exploser et au mieux de perdre seulement un bras... Ceci me fit d'ailleurs un peux rire car le denier fis les 3 en même temps ce qu était assez bête en soit mais peu drôle pour la victime. Je repris donc avec ce petit sourire les paroles qui allait suivre tout en déposant mes mais sur les épaule de la jeune femme et en les glissant le long de ses bras.

Bien sur ses sept pouvoir affecte directement le 454 Casull et le Jackal en les transformant totalement, vous fatiguant certes a chaque activation mais dévollepant des pouvoir beaucoup plus puissant avec seulement deux armes alors qu'un guerrier classique necessiterais de plusieurs armes tout différentes mais relativement peu pratique, dis-je en continuant de glisser mes mains, quatres des sept sceaux seront placés sur ces deux magnifique bras, par pair de deux, les trois autres seront appliquer sur votre ventre, je repris alors mon soufle pour précisé. Bien sur il seras possible de ne pas les faire apparaître.

J'eut alors un petit rire sadique en pensant au parole que j'alais proférés après cette petite pause, c'est ainsi que je descendit encore mes mains et je commençais à atteindre ses magnifique hanches, je regarda alors un dernière fois le ciel et je me dit alors qu'une nouvelle ère commençait et qu'enfin les nouvelle force allait changer. Je lui murmara alors lentement à l'oreil :

Mais bien sur... il faut que j'y trouve un interêt... et... cette interet... ou ce que je veux... c'est... vous!

Je souris alors tout en arretant ma delicate glissade le long de se magnifique corps, elle n'avait presque pas le choix, même si je risquait de ne pas lui apliquer ses sceaux mais tant qu'elle ne le savais pas elle accepterait a moins qu'elle ne cherche pas a exploiter ses magnifique objet a tout leur puissance ce qui m'etonnerait... comment dire... enormément!

_________________

Invité... You be going to undergo the lightnings of the Mechanics!!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsuki Yamaneko
Akuma no Houheï | Alias Haru' | Modératrice
Akuma no Houheï | Alias Haru' | Modératrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 69
Localisation : Entrain de se dorer la pilule
Date d'inscription : 28/12/2010

Fiche de shinobi
Niveau: 9
Expérience:
56/900  (56/900)
Affinités: armes à feu

MessageSujet: Re: Une fin, un début [pv Ayoma]   Dim 23 Jan - 10:17

J’attendais impatiemment la réaction du jeune homme, ce dernier serait probablement ravi. Après tout sa mission était plus ou moins accomplis. Plus car le plus important était de me convaincre de le suivre, moins car il devait y avoir autre chose. J’ignorais quoi encore mais je n’allais pas tarder à le savoir. Ayoma s’était enfin décidé à rabattre sa capuche laissant apparaitre son joli minois. Sa tête m’était inconnue, peut-être l’avais-je déjà croisé ? Non… son visage m’aurait marqué, surtout le sien, qui je dois avouer sois-dit en passant est assez mignon. Ses traits étaient fins, il avait les cheveux court et blond. Je l’examinais sous toutes les coutures. Il était… comment dire… à croquer. Tout cela allait devenir vraiment très très intéressant. Finalement tuer Seijiro n’aura pas été une totale perte de temps. Moi qui craignais d’avoir fait tout ce chemin pour rien… j’étais servie. Je continuais à détailler le jeune homme, après tout il était plus que probable que je travaille avec lui pendant un bon bout de temps alors autant commencer à savoir ce qu’il à dans la tête. Et quelque chose me dit qu’il ne m’a pas encore tout dis. Effectivement je lui avais donné mes conditions… mais il ne m’avait pas donné les siennes. Et vu que nous sommes tout les deux en positions de marchander à présent je ne doute pas une seule seconde que cet homme n’en profitera pas. Après tout dans n’importe quel échange il y a des compromis et il me paraissait évident que le sien n’allait pas tarder à être énoncé. Creatayo se rapprocha une nouvelle fois de moi pour me murmurer à l’oreille :

Ayoma : Par contre ce qui est de la maîtrise des vos armes, cela n'incombes que moi car notre ombre ne m'as aucunement mentionnés mon obligation de vous fournir les 7 pouvoirs de l'Houheï, dit-il en dans un sourire. Surtout que peu de gens réussissent à supporter autant de chakra et d'énergie dans leur corps!

Qu’est-ce que je disais. Nous allions enfin entrer dans la partie qui intéressait le plus le jeune ninja. La première étant d’exécuter les ordres de son maître, la seconde étant de réaliser ses objectifs personnels. D’après ses dires les objets que j’avais dans les mains n’étaient pas réellement « complet » et pouvaient devenir bien plus puissant… Amusant. Même si il y avait quelques risques, qui à mes yeux, n’avaient aucune espèce d’importance. Après tout beaucoup de gens son prêt à tout pour avoir plus de pouvoir et je ne dérogeais certainement pas à cette règle. Ce que les hommes peuvent être futiles et matérialistes… enfin bref, ce que je suis sûre c’est que ces sceaux me permettront de me divertir et d’accomplir pas mal de chose. Il ne restait plus qu’à savoir ce qu’Ayoma désirait. Il s’avança une fois de plus vers moi dans un sourire. Etrangement j’avais déjà une petite idée de ce que cet homme désirait. Je souris, rien de bien différent des autres en fait. Il déposa ses mains sur mes épaules puis alla effleurer mes membres supérieurs pour ensuite continuer son discourt :

Ayoma : Bien sûr ces sept pouvoir affectent directement le 454 Casull et le Jackal en les transformant totalement, vous fatiguant certes a chaque activation mais développant des pouvoir beaucoup plus puissant avec seulement deux armes alors qu'un guerrier classique nécessiterais de plusieurs armes toutes différentes mais relativement peu pratique, dit-il en continuant de glisser ses mains. Quartes des sept sceaux seront placés sur ces deux magnifique bras, par pair de deux, les trois autres seront appliquer sur votre ventre. Bien sur il sera possible de ne pas les faire apparaître.

Yare yare que de bons arguments que voilà. Comment refuser ce genre de proposition ? Non… on ne refuse pas ce genre de chose. Et puis si c’était lui qui s’occupait de moi je sens que la règle n°13 serait rapidement et très largement mise à contribution. Même si j’applique cette règle là il faudra que je fasse attention à respecter n°7 et méditer sur la n°16. Après tout, il serait bête de me faire avoir une seconde fois. D’ailleurs, il est impossible que cela arrive… Raaa il a finit de me faire mariner ! Il serait temps qu’il formule clairement ce qu’il veut ! Bien que je sache déjà ce que c’est. Je suis patiente certes mais bon il traine trop là ! Pendant que j’eue cette pensée il descendit encore ses mains jusqu’a mes hanches… A non… en fait il ne traine pas… Un sourire se dessina sur son visage puis il eut un petit rire avant de me murmurer à l’oreille :

Ayoma : Mais bien sûr... il faut que j'y trouve un intérêt... et... cet intérêt... ou ce que je veux... c'est... vous!

Nous y voilà ! J’eu un large sourire puis pouffais de rire. Tellement prévisible mais tellement distrayant. Sa condition ne serait sans nul doute pas difficile à accomplir. Après tout ce ninja était plutôt bel-homme et avait un côté beau parleur qui me plaisait énormément. Par contre… même si je faisais ce qu’il me disait rien ne me garantissait qu’il m’appose ses seaux. Si cela se trouve il retarderait un maximum l’échéance pour qu’au final il ne me procure pas ce pouvoir… Si s’était le cas il le regretterait amèrement et ce même si je devais en mourir. Mais s’il mourrait personne d’autre ne pourrait m’appliquer ces seaux et j’aurais fait beaucoup de travail pour rien… Je soupirais. La règle numéro 1 dit qu’il y a une multitude de façon d’avoir ce que l’on désire… ici je n’en voyais qu’une. Pour le moment ma seule option était donc d’accepter ses désirs et de faire en sorte qu’il ne meure pas avant de m’avoir donné ce que je voulais. Je m’approchais à mon tour pour lui chuchoter au creux de l’oreille :

« Et bien… il n’y a pas que moi qui soit dure en affaire… Ce que vous convoitez ne devrait pas être trop difficile à vous procurez… Mais je vous conseille… dans notre intérêt commun de respecter notre accord. Sinon vous savez bien ce qu’il risque de vous arriver… »

Vers la fin de ma phrase un sourire sadique s’était affiché sur mon visage. En ce monde il n’existait plus aucune personne qui ait essayé de me rouler et il serait vraiment dommage que j’ai à tuer Ayoma. Plus je restais avec lui plus j’avais l’impression que dans un futur proche tout allait devenir captivant. Je ne connaissais pas encore les intentions de Tetsu mais d’après les rumeurs elles n’étaient pas des meilleurs. Je me reconcentrais sur le jeune homme. Observant sa réaction à ma dernière réplique. Je notais la moindre de ses réactions, que ce soit un bref hochement de sourcils ou une grimace de dégout. Après tout, l’expression du visage en disait long sur ce que pensait la personne.
Puis comme pour sceller notre accord je passais ma main derrière la nuque du jeune homme pour l’attirer vers moi et l’embrasser. Cette nuit était la fin d’une histoire… et le début d’une autre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayoma Creatayo
Akuma no Kikaï
Akuma no Kikaï
avatar

Masculin Nombre de messages : 132
Localisation : Là où je suis mes foudre t'atteindront!
Date d'inscription : 22/08/2010

Fiche de shinobi
Niveau: 6
Expérience:
0/700  (0/700)
Affinités:

MessageSujet: Re: Une fin, un début [pv Ayoma]   Ven 28 Jan - 19:08

J'avais gardé mes mains sur ses hanches, et je continuait a écouté attentivement ses parole, car après tout d'un certains point de vue je ne pouvait faire que ça, d'un autre je n'avais que cette option là et d'un troisième je souhaitait gardé mes mains délicatement posé sur son magnifique corps ton en contemplant les magnifique yeux de cette jeune femmes et enfin peut-être passé enfin a des choses plus intéressante... D'un point de vue plus... on va rester poli et essayer de définir au mieux en un mot ce point de vue... (Le mot étant difficile a trouvé cette phrase deviendras vite longues et sans intérêt mais sa c'est pour simuler le temps d'attente que j'ai eut a trouvé le mot idéale car beaucoup me sont passé par la tête en plusieurs seconde. Bref' passons au RP j'ai trouvé le mot!)... Sensuelle!
Je continue de regarder le jolie minois de la jeune femme que j'avais approcher de très très près. Elle eut alors se petit sourire qu'on tout les mercenaire féminin et qui fait peur a tant de jeune personne qui ont le malheurs d'engagé se type de femmes ayant un malin plaisir a joués avec leur victime... Je m'attendais donc a tout car ce n'était pas par peur mais par prévention que je préférais rester sur mes garde afin de ne pas me faire tuer comme un idiot a bout portant et par mes propres armes... Le comble du forgeron...
Bref' je continuait de l'admirais tout en prenant garde et je vis alors que ses lèvres délicatement s'ouvrir pour laisser passer quelques phrases qui allait faire l'objet de tout mon attention et de l'ouverture totale des mes "écoutille" afin de ne pas manquer un soupçons de ses douces parole qui allait sortir de ses lèvres.

« Et bien… il n’y a pas que moi qui soit dure en affaire… Ce que vous convoitez ne devrait pas être trop difficile à vous procurez… Mais je vous conseille… dans notre intérêt commun de respecter notre accord. Sinon vous savez bien ce qu’il risque de vous arriver… »

Je souris alors a mon tour et délicatement laissa la belle agir en la laissant délicatement déposer sa mains derrière sa nuque puis sous l'impulsion de cette mains j'approchai mon visage et mes lèvres des siennes afin de l'embrasser langoureusement. La lune se découvrit alors de ses nuages afin d'éclairer la clairière et de nous dévoiler au dans cette magnifique nuit de pleine lune. Je descendit alors délicatement mes mains pour les déposer sur le fessier de la nouvelle démone de l'houheï puis après quelque seconde je fit glisser ma mains droite le longe de sa belle cuisse. Et enfin le doux baiser j'ouvris doucement mes lèvre pour lui susurrer les parole suivante :

Je te déposerais sur ton magnifique corps les 7 sceaux de l'artilleur une fois de retour à Tetsu sois dans ton village sois le miens. Et je t'entrainerais a cette arts une fois que tu l'auras souhaité ma belle.Sur ce, dis-je en le faisant lentement reculer vers l'un des mur de métal qui entourais la clairière, que dis-tu de passer à des choses plus intéressante!

La nuit se déroula dans un tumulte sans pareille, que je pense, nous appréciames tout les deux! Bref' à notre départ je me permet de taper avec mon bâton afin de créer sur le sol un gigantesque symbole d'Iwa qui recouvrait la clairière afin de les accuser des meurtres sur les shinobi d'Umi bien que cette ruse ne marcherait pas longtemps.

Voila que le second démon était recruter, le début de l'ère du Fer débutait, Pays shinobi trembler devant sa grande puissance! Trembler devant ses démons!

[RP Clos]

_________________

Invité... You be going to undergo the lightnings of the Mechanics!!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une fin, un début [pv Ayoma]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une fin, un début [pv Ayoma]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto-Shinobi :: Coins tranquilles de Umi-
Sauter vers: